Espace rédacteurs
version imprimable
rechercher
plan du site
nous contacter
mentions légales

 
 
rien

Inscription au bulletin d'information AGTER en 3 langues












  • FR EN ES

*facultatif

puce Non à l'expulsion de 48 familles prévue à Antsiranana (Diégo-Suarez, Madagascar)
Communiqué commun de la plateforme Solidarité des Intervenants sur le Foncier (SIF) et du Collectif TANY.
Collectif TANY, Plateforme SIF

Suite à un jugement du tribunal en leur défaveur, 48 familles dont la majorité a vécu depuis plus de 10 ans sur des terrains vendus par la S.E.I.Mad à la société FILATEX risquent d’être expulsés ce mois de décembre 2015.

La société FILATEX appartient à l’un des opérateurs économiques les plus riches de Madagascar, et a déjà fait parler d’elle en 2014 lors d’une expulsion musclée de 50 familles à Antananarivo [1]. Des familles ont résisté mais n’ont pas tenu longtemps, à l’image du pot de terre contre le pot de fer.

La situation à Antsiranana se distingue par le fait qu’il s’agit de 04 ha 66 a 50 ca que la S.E.I.Mad vendus à la société FILATEX dans le passé. Le titre foncier du domaine « Jardin de Filatex » porte le n°14500 BK.

Une étude minutieuse réalisée par la Solidarité des Intervenants sur le Foncier (SIF), montre que la plupart des familles concernées ont vécu sur le terrain en question depuis plus de 10 à 15 ans, et ont construit des habitations souvent en tôle. Malgré leur revenu souvent modeste provenant de leur travail d’enseignant, maçon, chauffeur, technicien agricole, menuisier, petits commerçants,.., les familles ont investi au fil des années une somme importante dans l’amélioration de leur habitation et de la qualité de vie de leurs enfants, quelques-uns disposent du courant électrique.

Ces familles vont-elles se retrouver à la rue pour devenir des sans-abri et perdre les résultats de leurs efforts de tant d’années ?

Etant donné les problèmes que rencontrent les familles malgaches au revenu modeste à acheter des terrains et à obtenir un titre foncier, cette situation à Diégo-Suarez constitue une nouvelle illustration des difficultés de l’accès au Foncier et des injustices sociales qui ont régné dans ce secteur sous les régimes successifs mais qui s’accentuent actuellement au niveau national.

Selon un article de presse récent, le propriétaire de FILATEX est par ailleurs le consul honoraire du Pakistan à Madagascar. Il bénéficierait donc d’une sorte d’immunité s’il est attaqué dans ses initiatives dans l’île. Le journal cite le Ministre d’Etat chargé des Projets Présidentiels, des Infrastructures, de l’Equipement et de l’Aménagement du Territoire lui-même qui aurait confirmé à la radio que son propriétaire avait acheté beaucoup de terres à Madagascar. Ces derniers mois, dans la capitale et ses environs, la société aurait commencé à procéder à une série d’expulsions des familles qui ont vécu sur les terres dont le titre foncier est détenu par la société FILATEX [2]. Désormais, les conflits se déroulent dans d’autres villes.

Il est temps que les autorités prennent leur responsabilité face à ce type de situations qui se multiplient sur tout le territoire national. Il appartient aux autorités de trouver une solution adéquate et acceptable pour que les familles malgaches ne se retrouvent pas dans la rue et complètement démunies.

Le fait de posséder un titre foncier ne devrait pas donner le droit d’ignorer le devenir de ceux qui n’en ont pas. Dans le cas présent, les conditions et modalités de la cession de ce terrain à la société FILATEX par S.E.I.Mad, société d’économie mixte devenue société anonyme à participation publique, n’est pas connue. Le sort de la majorité de la population malgache ne ferait-il pas du tout partie des soucis des responsables de l’Etat et seuls les intérêts privés et étrangers comptent ?

Nous demandons aux autorités nationales et aux responsables de la région Diana de trouver une solution plus humaine et plus juste et de prendre les mesures nécessaires pour que les familles qui vivent sur le terrain dénommé Jardin de Filatex ne soient pas expulsées.

Dans la situation actuelle, il est important d’éviter d’aggraver la misère de la population : l’expulsion de leur lieu de vie de ces familles au revenu relativement stable les appauvrirait davantage et augmenterait le nombre des sans-abri et des démunis, alors que le titulaire du titre foncier a les moyens de trouver des alternatives à la réalisation de ses projets [3].

Nous invitons les dirigeants malgaches à entreprendre enfin des actions visant le respect des droits fondamentaux des citoyens malgaches modestes, pauvres et extrêmement pauvres de toutes les régions de Madagascar à posséder un terrain pour vivre, un logement décent et un toit pour abriter leurs familles, en arrêtant de toujours aider les riches à s’enrichir davantage.

23 décembre 2015,

Solidarité des Intervenants sur le Foncier (SIF) – www.sif-mada.mg

et

Collectif pour la Défense des Terres Malgaches (TANY) – http://terresmalgaches.info



[1] http://www.madagascar-tribune.com/L… http://www.midi-madagasikara.mg/pol…

[2] http://www.lagazette-dgi.com/index….

[3] http://www.lakroa.mg/item-567_artic…

 
 
_____________________________________________________________________________________________________________________________________

AGTER. Adresse : 45 bis, avenue de la Belle Gabrielle, 94736 NOGENT SUR MARNE CEDEX, FRANCE

Téléphone : +33(0)1 43 94 72 59 / +33(0)1 43 94 72 96
E-mail : agter@agter.org   Flux RSS Flux RSS